Bati Mag

3 étapes pour installer un parquet flottant

3 étapes pour installer un parquet flottant

Installer un parquet flottant soi-même est une tâche assez facile à réaliser, lorsqu’on s’y est bien préparé. En effet, pour ce type de parquet ne nécessitant ni colle ni clou, un bricoleur peut aisément effectuer sa pose. Ainsi, le parquet flottant offre la possibilité de faire des économies considérables, en ne recourant pas à un parqueteur. Et donc, voici comment installer un parquet flottant en trois grandes étapes à suivre méticuleusement. A lire aussi https://bati-mag.com/bien-choisir-menuiseries/.

La prise des mesures pour préparer la surface de pose

Installer un parquet flottant demande tout d’abord de prendre des mesures de la surface que l’on veut recouvrir. Il est possible d’effectuer des économies, en se procurant uniquement le matériel nécessaire pour la surface mesurée. Toutefois, un surplus de matériel est recommandé  lors de l’achat, dans la mesure où des ajustements seraient à prévoir. Ceci est également valable pour les éventuelles erreurs à corriger. Et donc en gardant cela à l’esprit, on est sûr de ne pas faire d’excédents démesurés à l’achat.

Pour commencer la préparation de la surface à recouvrir, on prend les dimensions de la pièce concernée. Dans un premier temps, la distance séparant deux murs opposés. Pour le faire, on se sert d’un ruban à mesure. Et bien évidement, les mesures doivent être notées. Par la suite, on prend également la distance séparant les deux murs restants. En utilisant les deux mesures, on peut déjà calculer la surface de la pièce à recouvrir. Notons ici qu’il s’agit d’un exemple pour les pièces rectangulaires et carrées.

La préparation pour installer un parquet flottant

Une fois cela fait, il est essentiel de préparer l’espace de travail. Notons qu’installer un parquet flottant ne peut en aucun cas se faire sur du béton, dans un souci d’isolation. En effet, l’humidité générée pourrait s’accumuler et abîmer le parquet. Et donc, il faut installer un sous-plancher s’il n’y en pas un. Celui-ci doit bien sûr occuper toute la surface de pose. A ce niveau, on peu se servir soit de panneaux de contreplaqué, soit de panneaux à lamelles. Ces derniers doivent être de préférence minces et orientés.

Par la suite, on s’assure de la planéité de la surface de travail en se servant d’un niveau à bulles. Dans le cas où la surface n’est pas plane, il faut y remédier en aplanissant les éventuelles irrégularités. Pour les creux, on peut se servir d’un composé de ragréage. Après cela, il convient de poncer les arrêts et bosses du sous-plancher. Aussi, on se débarrasse des poussières et autres débris à l’aspirateur. Dès lors, la surface de la pièce est prête pour la pose.

L’installation du parquet flottant

Avant de commencer la pose des lames de parquet, il faut au préalable installer les couches d’isolant. Ceci tout d’abord sur la longueur d’un mur, avant de tailler l’excédant grâce à un couteau de chantier. Après cela, on agrafe la couche d’isolant au sous-plancher. Connaissant la longueur de cette première couche, on peut poursuivre l’installation sur le reste de la surface.

Ensuite, on peut passer à l’installation des lames de parquet. Habituellement, il est toujours plus astucieux de le faire en les orientant parallèlement, avec le mur le plus long. Par ailleurs, une cale de 8mm doit être placée contre le mur en guise d’espacement, avant de poser la première lame contre elle. L’espacement en question a pour but de permettre au plancher de se dilater sans risque de fissure. Aussi, la rainure doit être tournée vers le mur. Le reste des lames de parquet seront installées à la suite de la première le long du mur. Ceci en emboitant bien sûr les languettes dans les rainures une lame après l’autre, en se servant d’un maillet en caoutchouc.

Concernant la dernière lame installée sur la longueur de la pièce, on la coupe pour laisser un petit espacement du côté du mur. Ceci en guise d’absorption pour la dilatation. Pour cela on peut utiliser une scie circulaire, ou alors une scie sauteuse. Ensuite, on opère de la même façon pour le reste des rangées. Toutefois, il est important de décaler les joints pour qu’ils ne soient pas les uns sur les autres. De cette manière, on offre plus de résistance au parquet, tout en accentuant son côté esthétique. D’autre part, les rangées doivent être bien droites pour aboutir à un aspect uniforme. Pour finir, on retire toutes les cales placées contre les murs afin d’installer des plinthes. D’autre part, ces dernières sont fixées au mur et non au parquet. Après cela, on a fini l’installation du parquet flottant.

En bref

Installer un parquet flottant est bien plus facile, qu’avec un plancher fait en bois massif. Toutefois, une telle installation nécessite de ne commettre aucune erreur. Et parmi celles les plus connues, on note la pose de parquet sur sol irrégulier, l’utilisation d’une sous-couche inadaptée, ou encore le mauvais choix de parquet avec chauffage au sol. Ces aspects sont donc à étudier, avant même de prendre l’initiative d’installer un parquet flottant.

Fermer le menu